La collapsologie vu par un média...


La collapsologie vu par un média...

La collapsologie : "Un refuge mental, un réflexe de survie", dit Olivier Bost sur RTL

ÉDITO - Les collapsologues qui croient aux plus graves théories de l'effondrement, vivent dans un "refuge mental", qui permet de s'imaginer vivre demain, en dépit des changements climatiques.
Le sommet pour le climat se tient ce lundi 23 septembre à New York. Réchauffement accéléré, perte de diversité, montée des eaux, face à tous ces sujets le défi climatique semble rendre certains assez fous.

Comment agir ? Olivier Bost pense à trois positions possibles : "On peut croire dans le progrès, inventer des climatiseurs géants pour faire baisser la température, on peut aussi se dire que foutu pour foutu autant profiter de la vie et ne rien changer. On peut aussi s'engager dans la rue et faire des efforts".

Mais une autre voie l'intéresse particulièrement : certains se préparent à la fin du monde et pensent que tout va s'arrêter. On les appelle les collapsologues ou les survivalistes. "Ils se préparent au pire du pire des scénario des scientifiques du GIEC", soit une augmentation moyenne de la température sur le globe de 7 degrés d'ici la fin du siècle, une montée du niveau des océans de plus d'une dizaine de centimètres.

Les collapsologues se préparent au retour à l'âge de pierre
"Dans leur vision de l'avenir tout s'écroule. Plus de téléphone portable, plus de nourriture, plus d'eau potable", analyse l'éditorialiste qui indique que les collapsologues se préparent au retour à l'âge de pierre. "Eux, ils seront préparés", estime-t-il.


Selon lui, imaginer l'avenir et rester optimiste à chaque nouvelle prévision des scientifiques va devenir de plus en plus difficile. "La collapsologie est en quelque sorte un refuge mental, un réflexe de survie", explique-t-il. Il permet de s'imaginer vivre encore demain.  L'éditorialiste cite Yves Cochet, l'ancien ministre de l'écologie qui pense que tout va s'effondrer d'ici à 2025 et qui annonçait que le futur, c'est le cheval.

Commentaires