Carré parfait



Sur le seuil de l'instant, je me suis arrêté.
Pour regarder mon monde s’effondrer.
Quand je pense qu'il y a 20 ans, tout cela m'inquiétait.
Si je croyais en la mort, je serais bien embêté, mais un accident de poussette m'en a empêché.
Je ne crois pas à la réalité, vous vous trompez.
Mon esprit a traversé tant de corps que je suit fatigué de cette abjecte humanité.
Je ne vois pas le monde comme vous, il me faut l'accepter.
Un enfant prend une feuille. Il voudrait dessiner un carré parfait.
Il s'applique mais c'est rater. La feuille est jetée.
Il prend une autre feuille et refait un essai
Mais c'est encore raté.
Imaginées maintenant que ces feuilles soient des corps froissés.
Vous comprenez.
Que la feuille soit blanche, soit verte, l'enfant n'en a que faire. Lui, ce qu'il veut, c'est un carré parfait.
Demain, l'humain sera passé.
La nuit, je regarde les étoiles et je sais.
Là-haut se cachent des milliards de papiers pour l'enfant qui rêve d'un carré parfait.

Commentaires