24.5.20

Mort de peur


Les personnes mortes du COVID sont avant tout mortes de peur. Mais non, me direz-vous. Elles sont morte du COVID. Je persiste, elles sont mortes de peur. La médecine occidentale repose sur la chimie pour soigner mais ne prend pas en compte la psychologie dans le processus de guérison. Si vous étiez tombé malade du COVID ces deux derniers mois, vous auriez été couper de votre famille, seul. Des inconnus qui vous aurez entouré, vous n'auriez vu que leurs yeux terrorisé et fatigué. Et les quelques paroles d'espoir que vous auriez entendues avant d'être plongé dans un coma artificiel ne vous auraient pas trompé sur les doutes de l'inconnu qui les prononcés. Pour beaucoup, leurs dernières pensées avant de s'endormir furent peut-être: "Je ne m'en sortirais pas et c'est fini". La rigueur sanitaire que nous nous sommes imposée, absente de toute humanité, à tuer plus qu'elle n'a sauvé. La chloroquine est sans effet sur la maladie, aujourd'hui, nous le savons. Pourtant, elle a eu l'effet de l'eau bénite pour ceux qui y auront cru. Elle était leurs espoirs et ils avaient même un saint homme, saint Raoult pour les conduire sur le chemin de la guérison.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire