12.6.20

Histoire à la con

Avant, j'étais con. Et puis il y a eu le confinement. Alors forcément, me retrouver en face de moi-même a été insupportable. J'ai donc pris la décision de devenir moins con. J'ai donc changé mes habitudes. Oui, car le con ne change jamais. Sinon il ne serait pas con. Sans tomber dans le syndrome de la prostituée qui, rentrant au couvent, s'imagine pucelle, il me faut bien constaté que je suis dans un pays principalement composé de cons. Actuellement, dans ma ville. Tout le monde s'écharpe autour de la construction d'un Burger King. Les uns clamant le droit de manger cette nourriture et les autres voulant priver les premiers de ce même droit sous prétexte de les éduquer. Un vrai dialogue de sourds ou, un dialogue de cons. Car le fond du problème n'est pas la création d'un Burger King à Millau. Là, nous sommes en face d'une conséquence, mais certainement pas de la cause. La cause, ou l'origine du problème, c'est notre mode de vie. Nous ne voulons pas changer. Nous voulons rester des cons. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire